l\'indigné

Le principe de l'Onde de Choc

Le principe de l'Onde de Choc : La stratégie et les interdépendances économique (donc aussi politique) des pays créer une  "Onde de Choc". Son principe est le suivant : l'idée est de comprendre et d'anticiper l'impact d'une annonce ou d'un évènement – ou plus précisément de la propagation de cette annonce ou de cet évènement – d'un marché à un autre. Prenons un exemple : Le tungstène pour se défendre... ou attaquer. Ce métal est essentiel dans l'industrie de l'armement, notamment grâce à sa résistance. L’Europe « libre » disposait d'un gisement de tungstène. Le gisement de Devon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, a ainsi contribué à la victoire sur les puissances de l'Axe. Le livre de Naomi Klein : La Stratégie du Choc - YouTube , Naomie Klein - La Stratégie du choc - YouTube , La stratégie du choc : La montée d'un capitalisme du désastre ... , "La Stratégie du choc" : comment se fâcher avec Naomi Klein  Illustre ce procédé Néolibéralisme : Onde de choc 

 

Si vous placez une grenouille dans l'eau bouillante (s'il-vous-plaît, ne le faites pas…), elle cherchera immédiatement à s'en échapper ; mais si vous la mettez dans une eau froide que vous chauffez progressivement, le batracien ne bougera pas jusqu à finir ébouillantévidéo explicative ( citation adaptables a toute les problématiques de notre

 

 

Extraits : « vous êtes au bord d'un étang très calme et vous lancez une pierre à quelques mètres du bord. Instantanément, une onde va se dessiner à la surface de l'eau... elle va se propager autour du point d'impact à une certaine vitesse avant d'arriver jusqu'à vous. Maintenant, renouvelez l'expérience, mais en lançant la pierre le plus loin possible : le même phénomène entraînera les mêmes effets, sauf que l'onde mettra plus de temps à vous parvenir. Eh bien tout se passe sur les marchés comme sur un plan d'eau. Notre pierre, c'est l'évènement qui va déclencher la réaction des marchés – et l'onde, c'est l'effet d'annonce, qui se propage en impactant les marchés à la hausse ou à l a baisse Grâce à cette stratégie de l'Onde de Choc, nous savons désormais que plus on se tient loin du point d'impact, plus le temps que mettra l'onde pour arriver sera long. La stratégie consiste à agir majoritairement sur les marchés en bout de chaîne pour avoir quelques minutes ou heures précieuses pour profiter de cet effet.

 

 

La France a perdu son Triple A. Elle n'est pas la seule... et tout le monde s'accorde à dire que ce n'est pas si grave, qu'on peut bien continuer comme ça, qu'on emprunte d'ailleurs moins cher maintenant que lorsqu'on avait encore le sacro-saint AAA.



Certes.

Sauf que vu l’argent, les casses sociales, les dérives autoritaires …. C’est cher payer : Le fabuleux destin des 489 milliards d'euros prêtés à du 1%,

Voici un petit scénario qui explique très bien comment tout cela fonctionne, qui paye, qui reçoit ( source : Thème de cet article : Faut-il sauver l'Euro à tout prix ?
Un banquier se lève le matin à 8 heures.
A 8h30 il emprunte à la BCE (Bque Centrale Européenne) trois milliards d'euros au taux de 1%.
A 8h35 il prête ces trois milliards à l'Italie au taux de 6,47%. Il a bien gagné sa journée.
Pendant ce temps, les italiens se lèvent plus tôt le matin et reculent l'âge de départ à la retraite pour payer les intérêts à ce bienheureux banquier

 

:Plan pour la Grèce : un gros sparadrap qui ne changera rien | Eco89, CHANGER D'ECONOMIE ,Libéralisation selon Monti exemple du modele allemand appliqué a tous : L'envers du « miracle allemand » : L'envers du « miracle allemand »: précarité généralisée et intensification de l'exploitation

 

. Le but actuelle ; comme en 2007 est maintenir les excès de dette qui se sont sédimentés dans le système économique mondial, l'étouffant et l'empêchant de fonctionner correctement en le faisant porter sur les peuples ( Européens).

 

Citation citoyenactif "Je tiens a communiquer sur les derniers informations a propos de la crise institutionnalisée : la sorti de l'Allemagne de la zone euro si les casses budgétaires ne sont pas mis suffisamment vite en place. Le patronat allemand est-il en train de lâcher l'euro ? | Atlantico ( google) la tribune : Pour les patrons allemands, "la France est devenue un facteur de risque à prendre très au sérieux. : « Jusqu'ici le lien entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy a tenu mais une fois Sarkozy réélu cela va se rompre et dès l'été prochain nous aurons une situation encore plus grave qu'aujourd'hui, la France étant le prochain domino alors que nous n'aurons pas même résolu le cas italie

Pour y parvenir en Europe -- et en France plus précisément --, M. le Marché devra visiblement passer... par la Grèce. Il y a rupture des négociations avec les créanciers privés ; la décote de 50% sur la dette grecque a du mal à passer. Par conséquent, les risques de défaut de paiement pur et simple se multiplient.

Or, parmi les "créanciers privés" en première ligne dans le conflit grec, il y a peut-être... vous.

"Les créanciers privés sont les banques, les assureurs et les fonds d'investissement. Ce peut être vous, à votre insu, au travers de votre assurance-vie, de vos SICAV monétaires, de vos souscriptions à des fonds de complément de retraite", "zizanie" concernant les produits dérivés assurant contre un défaut grec :

"Il y a en l'occurrence deux espèces bien distinctes : ceux qui n'entendent pas que l'affaire grecque deviennent un événement de crédit et les autres. D'un côté, il y a ceux qui voudraient que tout le monde prenne 142 milliards d'euros de pertes en serrant les dents ; de l'autre, ceux qui aimeraient pouvoir faire jouer ces fameux CDS (credit default swaps), instruments dérivés censés justement les assurer contre un événement de crédit".

Pour bien comprendre comment nous en sommes arrivés là,  il faut en revenir aux débuts de la Zone euro :

A cette époque, « certaines banques [avaient] trouvé le bon filon pour gagner de l'argent : prêter à la Grèce, nouveau membre de la Zone euro, à un taux moins élevé que ce que pouvait prétendre ce pays du temps de la drachme -- mais quand même à un tarif plus élevé qu'à l'Allemagne ou la France. Ces banques n'étaient pas obligées de prêter. Elles auraient dû faire leur enquête (due diligence). La Grèce ne se serait pas alors surendettée ! »

"Le ciel économique s'assombrit cependant avec la crise américaine du crédit subprime. Les banques engagées en Grèce demandent la fabrication de CDS, censés assurer leur risque. Au début, ce seront les banques américaines qui vont fabriquer ces CDS. De l'autre côté de l'Atlantique, on a encore foi en l'Europe, semble-t-il".

"Aujourd'hui, pour que ces CDS ne soient pas 'actionnés' et ne deviennent pas payables, il faut que les créanciers privés acceptent de perdre ce qu'on leur demande en s'engageant à ne pas faire de 'déclaration de sinistre'. C'est l'intérêt du clan des investisseurs privés émetteurs de CDS : Morgan Stanley, Goldman Sachs, BOA Merrill Lynch, Barclays, Deutsche Bank, UBS et Crédit Suisse, Société Générale, BNP Paribas, Crédit Agricole, Natixis".

"Dans l'autre clan, on trouve certaines banques prévoyantes, les assureurs (dans la mesure où ils n'ont pas trop d'actions bancaires dans leur portefeuille) et les fonds. Avec les CDS, nous entrons dans le monde mystérieux du shadow banking et il est très difficile de savoir exactement qui possède quoi".

En tout cas, une chose est certaine : "les pays les plus exposés sont la France, l'Allemagne  et la Belgique".

Cela aura peut être un role bien sur sur l'emplois avec une aggravation du chomage de masse, député avec l'accélérationde l'idéologie néo-libérale et accentué sous les dirigeants de Goldman Sachs

Nous sommes en train de mener une enquête approfondie pour savoir quelles conséquences cette exposition aura sur votre assurance-vie, cher lecteur : les conclusions arrivent bientôt, alors... restez à l'écoute ! Ecouter CHANGER D'ECONOMIE ! / France Inter : (ré)écouter cette émission



17/04/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres